Montréal, le 20 juillet 2022 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) se réjouit de l’entrée en vigueur, en date d’aujourd’hui, du règlement concernant l’étiquetage nutritionnel sur le devant des emballages. « Les apports élevés en gras saturés, en sucre et en sodium augmentent le risque de plusieurs maladies chroniques comme les maladies du cœur ou le diabète de type 2. Avec l’étiquetage sur le devant de l’emballage, le gouvernement soutient la population dans l’adoption d’habitudes de vie favorables à la santé » affirme Marie-Jeanne Rossier-Bisaillon, nutritionniste et conseillère aux politiques publiques à la Coalition Poids.

Dans le cadre de sa Stratégie en matière de saine alimentation, le gouvernement fédéral s’est engagé à mettre en place un symbole nutritionnel sur le devant des emballages des produits alimentaires riches en gras saturés, en sucre et en sodium, afin d’aider la population à faire des choix alimentaires plus sains.

Un outil supplémentaire pour la population

L’étiquetage obligatoire fournira des informations nutritionnelles simples, précises et fiables, aidant à identifier les aliments plus sains et à réduire la consommation d’aliments riches en gras saturés, en sucre ou en sodium.  « La loupe est un repère visuel facile à interpréter et toujours placé au même endroit sur le devant des produits emballés. Elle aidera la population à repérer instantanément les produits qui contiennent des quantités préoccupantes de gras saturés, sucre ou sel », indique Mme Rossier-Bisaillon. « Sans bannir complètement ces produits de notre alimentation, limiter leur consommation est bénéfique pour la santé », ajoute-t-elle.

Ce nouveau symbole nutritionnel complète le tableau de valeur nutritive, un outil difficile à comprendre pour certaines personnes et peu utile lorsque l’on doit choisir rapidement un produit à l’épicerie.

Une façon de contrebalancer le marketing

Les épiceries regorgent de publicités alimentaires, qui vantent souvent, et parfois à tort, les vertus santé de leurs produits. Il devient alors difficile de faire des choix éclairés. « L’étiquetage sur le devant de l’emballage fait contrepoids au marketing intensif de l’industrie alimentaire », mentionne Mme Rossier-Bisaillon.

Cette mesure contribuera à sensibiliser la population au fait que les épiceries regorgent de produits alimentaires qui ne devraient pas être consommés sur une base régulière. De nombreux aliments, comme les céréales à déjeuner, les plats surgelés, les collations et les boissons, sont susceptibles d’avoir un symbole sur le devant de leur emballage d’ici 2026. L’obligation d’afficher ce symbole constitue un incitatif pour l’industrie afin d’accélérer l’amélioration de ses recettes et proposer des alternatives plus saines, ce qui pourrait avoir des impacts importants pour la santé de la population.

Garder le cap sur 2026

L’industrie alimentaire aura jusqu’au 1er janvier 2026 pour se conformer au nouvel étiquetage. « L’industrie a devant elle plus de trois ans pour s’ajuster, ce qui est amplement suffisant. Nous espérons que le gouvernement fédéral ne cèdera pas face aux pressions exercées par l’industrie alimentaire pour allonger les délais d’entrée en vigueur de ce nouveau symbole nutritionnel. La Coalition Poids restera donc vigilante afin que la santé de la population canadienne demeure la priorité », conclut Mme Rossier-Bisaillon.

 

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids

Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec, la Coalition québécoise sur la problématique du poids est appuyée par plus de 700 partenaires issus de la santé, de la recherche, de l’environnement, de la nutrition, de l’activité physique, ainsi que des milieux municipal et scolaire. Son mandat est de revendiquer des modifications législatives, réglementaires et des politiques publiques, afin de favoriser la mise en place d’environnements facilitant les saines habitudes de vie, qui contribuent à prévenir les problèmes reliés au poids et les maladies chroniques. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

 

-30-

Pour toute demande d’entrevue, contactez :

Marie-Jeanne Rossier-Bisaillon
Conseillère aux politiques publiques
514 598-8058 poste 212
mjrbisaillon@cqpp.qc.ca