Montréal, le 11 juillet 2019 Une étude publiée par une équipe de chercheurs français conclut que la consommation de boissons sucrées est associée à une augmentation du risque global de cancers, dont le cancer du sein. Ces résultats ont été obtenus grâce à une étude prospective auprès de plus de 100 000 personnes. Les constats de cette étude s’ajoutent à la longue liste des problèmes de santé déjà associés à la consommation de boissons sucrées. La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) somme le gouvernement d’agir.

« Les boissons sucrées sont la principale source de sucre dans l’alimentation des Canadiens et font des ravages sur leur santé », souligne Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids. La consommation régulière de ces sucres liquides est associée à l’obésité, au diabète de type 2, aux maladies cardiovasculaires, à la carie et l’érosion dentaire ainsi qu’à la stéatose hépatique (foie gras). La situation est préoccupante compte tenu que près d’un Québécois sur cinq consomme des boissons sucrées sur une base régulière, soit plusieurs fois par semaine. Les enfants et les adolescents québécois ne font pas exception, ce sont de friands consommateurs de ces bonbons liquides. Un adolescent consomme en moyenne un demi-litre par jour.

« Il est urgent que le gouvernement s’attaque à la promotion des boissons sucrées. Le marketing des boissons sucrées est très fort : les promotions et les rabais abondent notamment dans les dépanneurs, les restaurants et les lieux familiaux ; partout il est facile de trouver une boisson sucrée», indique Corinne Voyer. « Il faut mettre en place un ensemble de mesures pour soutenir les Québécois dans la réduction de la consommation de ces produits et contrer les stratégies marketing. Diverses mesures, comme l’imposition d’une taxe sur ces produits réinvestie en prévention, ont démontré leur efficacité. Il faut maintenant les appliquer », rappelle-t-elle.

La taxation des boissons sucrées s’impose comme la mesure la plus prometteuse. Une récente revue systématique et méta-analyse réitère son efficacité pour réduire l’achat et la consommation de ces bonbons liquides. Les boissons sucrées sont des produits non essentiel et nuisible à la santé et à la planète. Il est temps que le gouvernement agisse !

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids

Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids réunit plus de 550 partenaires qui visent l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails : cqpp.qc.ca.

– 30 –

 

Pour toute demande d’entrevue, contactez :

Corinne Voyer

Directrice

Coalition québécoise sur la problématique du poids

Cellulaire : 514 566-4605

cvoyer@cqpp.qc.ca