Au Canada, 2 adultes sur 3 et le tiers des jeunes sont en surpoids. Cette situation est préoccupante étant donné que l’obésité est un facteur de risque dans le développement de nombreuses maladies comme le cancer, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et les problèmes articulaires. Plusieurs de ces maladies pourraient être évitées grâce à la mise en œuvre de mesures de prévention.

Ainsi, la Coalition Poids veut des engagements fermes du prochain gouvernement fédérale pour prévenir et réduire l’embonpoint et l’obésité, qui touchent des millions de Canadiens.

Consultez notre infographie sur l’obésité.

Nos demandes

Dans le cadre de la campagne électorale, la Coalition Poids invite les partis à intervenir sur les enjeux suivants :

Lettres envoyées aux principaux partis

Pour connaître leurs engagements, des lettres ont été acheminées aux chefs des principaux partis.

Questions envoyées aux chefs des principaux partis

  1. La littérature scientifique démontre que la publicité destinée aux enfants a un impact clair sur leurs préférences et habitudes alimentaires. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il s’agissait d’un important facteur contribuant à l’obésité. L’important projet de loi S-228 sur la protection des enfants, qui proposait de restreindre la publicité d’aliments riches en sucre, sel et gras saturés ciblant les moins de 13 ans est mort au feuilleton. Comment comptez-vous intervenir sur la publicité commerciale destinée aux enfants ?
  2. Les boissons avec sucre ajouté (ex : boissons gazeuses, fruitées et énergisantes, thé glacé, eaux vitaminées, etc.) sont surconsommées au Canada. La consommation de boisson sucrée est associée à l’obésité, au diabète, aux maladies cardiovasculaires et à la carie dentaire et il s’agit du principal apport en sucre chez les 9 à 18 ans.a) Que prévoit faire votre parti pour réduire la consommation des boissons sucrées ?

    b) Des taxes sur les boissons sucrées ont été instaurées dans plusieurs pays et villes dont la France, le Mexique, Berkeley et Philadelphie. Un récent rapport de l’UNICEF fait état de ces initiatives et soulève que la taxation est le meilleur moyen législatif afin de réduire la consommation de boisson sucrée. De plus, une méta-analyse récente publiée dans Obesity Reviews confirme l’efficacité d’une taxe pour réduire la consommation de boissons sucrées. Quelle est la position de votre parti sur l’instauration d’une taxe sur les boissons avec sucre ajouté dont les revenus seraient réinvestis en prévention des maladies chroniques ?
  3. Actuellement, en utilisant des logos santé auto-proclamés et non-encadrés, des allégations positives et des messages publicitaires, la grande industrie alimentaire ne fait miroiter que les bons côtés sur l’emballage de ses produits ultra-transformés. Ce déséquilibre des messages sur le devant de l’emballage peut induire le consommateur en erreur sur la qualité nutritive d’un aliment au moment de l’achat. Ainsi, pour faciliter l’interprétation des informations et des choix plus éclairés, Santé Canada a proposé un projet de règlement pour afficher un symbole simplifié et interprétatif « Élevé en » sur le devant des emballages des produits riches en sucre, en sodium ou en gras saturés, dont il faut réduire la consommation. Votre parti envisage-t-il appuyer cette démarche ?
  4. Sachant que la pratique régulière d’activité physique a des bénéfices importants pour la santé, et ce indépendamment du poids de la personne, que prévoyez-vous faire pour favoriser un mode de vie physiquement actif au quotidien ?

 

 

Nos activités de presse