Montréal, le 11 octobre 2017 – Le surpoids et l’obésité continuent de progresser de façon alarmante au Québec, au Canada et à travers le monde. Publiées par The Lancet, de récentes données témoignent à nouveau de cette épidémie hors contrôle. « On sous-estime grandement la gravité de la situation. Non seulement nous n’arrivons pas à réduire le taux de surpoids dans la population, mais nous ne parvenons même pas à en freiner la croissance », déplore Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids).

Les dernières données mesurées au Québec montrent que 59 % des adultes ont un surplus de poids et que près du quart de la population est obèse. Chez les jeunes Québécois (5 à 17 ans), 30 % avaient un surplus de poids en 2015. « L’obésité concerne directement plus de 1,5 million d’adultes Québécois et est associée à plusieurs maladies chroniques, dont le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers et des problèmes musculo-squelettiques. C’est un problème grave de société que le gouvernement doit prendre davantage au sérieux », soutient Corinne Voyer. De plus, considérant que la majorité des enfants obèses le resteront à l’âge adulte, il faut agir tôt pour promouvoir la santé actuelle et future des jeunes.

Le surpoids a des impacts majeurs sur la vie des personnes atteintes ainsi que sur notre économie. Au Québec, les coûts de médicaments, de nuits d’hospitalisation, de consultations médicales et d’invalidité associés à l’obésité des adultes sont estimés à 3 milliards de dollars par année. Chaque dollar investi en prévention permet d’économiser 5,60 $ sur les dépenses de soins de santé. « Lorsqu’elles sont bien soutenues, les politiques publiques facilitant la saine alimentation et un mode de vie physiquement actif contribuent à diminuer l’engorgement du système de soins et à mieux contrôler les dépenses du secteur de la santé », soutient Mme Voyer.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité¹, la Coalition Poids réitère qu’il est important que le gouvernement investisse davantage en prévention. « Les sommes et les moyens actuels sont insuffisants pour réduire les tendances. Les gouvernements doivent investir de façon proportionnelle à l’ampleur du problème », plaide Mme Voyer.

Politique gouvernementale de prévention en santé
La Coalition Poids attend impatiemment le plan d’action de la Politique gouvernementale de prévention en santé dévoilée il y a près d’un an. « Cette politique traduit l’intention du gouvernement de prioriser le bien-être et la santé des citoyens. Au-delà des intentions, il faut maintenant que tous les ministères s’impliquent activement pour atteindre les importants objectifs de la Politique. Le gouvernement québécois doit octroyer à chacun d’eux les moyens de réaliser des actions de prévention », conclut Corinne Voyer. Les investissements annoncés jusqu’à maintenant ne suffiront pas.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids réunit près de 400 partenaires qui visent l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

–30–

VERSION PDF

Pour toute demande d’entrevue, contactez :
Corinne Voyer
Directrice
Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca


¹Devenue mondiale depuis 2015, cette journée est soulignée annuellement le 11 octobre. Pour plus d’information, cliquez ici.