Version PDF du communiqué

Montréal, le 13 novembre 2009 – « La consommation de boissons sucrées augmente continuellement, grâce à l’esprit débordant des équipes marketing et à l’offre de nouveaux produits sucrés. Avec l’apparition du diabète de type 2 chez les jeunes, dû à l’épidémie d’obésité qui fait des ravages, il y a lieu de s’intéresser à l’impact de ces boissons sur la santé », déclare Suzie Pellerin, directrice de la Coalition Poids en prévision de la Journée mondiale du diabète du 14 novembre prochain.

Mme Pellerin cite des statistiques inquiétantes concernant la consommation des boissons sucrées. À titre d’exemple, entre 1977 et 1997, la consommation de boissons gazeuses a augmenté de 61 % chez les adultes et de plus de 100 % chez les enfants et les adolescents. En 2002, un adulte canadien consommait en moyenne 60 bouteilles de grand format (2 litres) chaque année. Cette situation est préoccupante puisqu’il est démontré que la consommation quotidienne d’une boisson gazeuse (ou plus) augmente le risque d’obésité de 60 % chez les enfants. « Il n’y a pas que les boissons gazeuses; les boissons aux fruits, les boissons énergisantes, les thés sucrés et même les cafés aromatisés qui sont souvent beaucoup plus sucrés qu’ils n’en ont l’air! », souligne Mme Pellerin.

De plus, la consommation de boissons sucrées commence de plus en plus jeune, au détriment de l’eau et du lait. Les garçons de 14 à 18 ans en boivent plus d’un demi-litre par jour et les filles du même âge, plus d’un tiers de litre par jour. L’augmentation de la taille des contenants et leur faible prix explique en partie cette croissance et la surconsommation qui l’accompagne. « Des bouteilles de 20 onces, soit l’équivalent d’un demi-litre, suggèrent une consommation individuelle de sucre beaucoup plus grande que les besoins d’une personne normalement constituée. Il faut revoir nos normes en fonction de comportements plus sains », conclut la directrice de la Coalition Poids.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vise l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit dans le cadre de trois secteurs stratégiques (agroalimentaire, socioculturel et environnement bâti) pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids.

− 30 −

Source :
Amélie Desrosiers
Agente de communication
Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 233
Cellulaire : 514 475-7431
adesrosiers@cqpp.qc.ca