Version PDF du communiqué

Montréal, le 10 juillet 2009 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) estime que le dévoilement du cadre de référence « Miser sur une saine alimentation : une question de qualité » constitue une initiative encourageante pour sortir la malbouffe des établissements de santé et de services sociaux. La Coalition souhaite toutefois que le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Yves Bolduc, alloue les ressources nécessaires aux établissements pour qu’ils accompagnent leurs services alimentaires dans ce virage majeur.

« L’expérience de la politique alimentaire dans les écoles doit nous inspirer maintenant pour les établissements de santé et de services sociaux. Il ne suffit pas de retirer les frites des menus, il faut aussi les remplacer par des choix alimentaires sains et attrayants. Les établissements de santé sont bien placés pour soutenir les concessions alimentaires dans la révision de leur offre nutritionnelle, dans la mesure où l’on accorde les sommes nécessaires pour y parvenir », affirme Suzie Pellerin, directrice de la Coalition Poids.

La directrice rappelle l’exemple de l’implantation d’une telle politique dans les établissements scolaires, où les conditions de succès ont été clairement établies : accompagnement dans la gestion du changement, accès à des ressources professionnelles en nutrition, budget suffisant pour modifier les contrats avec les fournisseurs de services alimentaires, disponibilité d’alternatives alimentaires, etc.

L’impact de cette nouvelle politique peut être important, le réseau de la santé étant responsable de 89,1 millions de repas servis chaque année et employant plus de 10 % de la main-d’œuvre active québécoise. Les établissements de santé ont d’ailleurs pour mission de promouvoir la santé et se doivent donc de montrer l’exemple.

Une politique pour les usagers… et pour les visiteurs
La Coalition Poids se réjouit par ailleurs que la nouvelle politique vise autant les services d’aliments et de boissons destinés au personnel et aux visiteurs que les services de repas et de collations servis aux usagers et aux résidents. « Il faut être cohérent; on ne peut pas prôner la santé d’un côté et offrir des boissons gazeuses et de la malbouffe d’un autre », ajoute Mme Pellerin.

Rappelons qu’en juillet 2008, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Dr Yves Bolduc, s’était engagé à élaborer une politique alimentaire « solide » pour éliminer la malbouffe de tous les établissements de santé du Québec. Le cadre de référence « Miser sur une saine alimentation : une question de qualité » prévoit que les établissements doivent adopter une politique alimentaire d’ici mars 2010 et appliquer l’ensemble des recommandations contenues dans le cadre de référence d’ici mars 2012.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vise l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit dans le cadre de trois secteurs stratégiques (agroalimentaire, socioculturel et environnement bâti) pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids.

− 30 −

Source :
Amélie Desrosiers
Agente de communication
Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 233
Cellulaire : 514 475-7431
adesrosiers@cqpp.qc.ca