Ottawa, le 9 février 2018 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) tient à féliciter la ministre Ginette Petitpas Taylor de garder le cap sur la Stratégie de Santé Canada en matière de saine alimentation, malgré un important lobby de la grande industrie alimentaire.

Comme en témoigne le site Web de Santé Canada, la grande industrie alimentaire a réalisé plusieurs représentations pour contrer l’étiquetage sur le devant de l’emballage des aliments riches en sucres, sel et gras présentée aujourd’hui. Pour la Coalition Poids, il est inquiétant de voir l’industrie si opposée à une mesure aussi peu invasive. « D’un côté, l’industrie alimentaire affirme qu’on doit lui faire davantage confiance et qu’elle veut faire preuve de transparence envers le consommateur; de l’autre, elle travaille en coulisses pour décourager et affaiblir une initiative facilitant la comparaison rapide entre des produits similaires et une prise de conscience sur ce que l’on mange au quotidien », dénonce Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

Contrer le maquillage d’aliments ultratransformés en produits d’allure saine

Sur les emballages alimentaires, on retrouve plusieurs stratégies de marketing visant à séduire le consommateur à la recherche d’aliments sains pour sa famille. Par exemple, il peut s’agir de faux logos aux allures santé, d’allégations nutritionnelles ou encore de la mise en valeur de certains ingrédients, comme les fruits, les légumes ou les grains entiers. « Si l’on se fie au devant de l’emballage des produits alimentaires pour choisir, on fait souvent fausse route et on se retrouve avec des aliments qui sont en réalité peu intéressants », explique Corinne Voyer.

Le maquillage santé de produits est très présent sur les aliments souvent consommés par les enfants, comme les céréales à déjeuner, les barres tendres, les galettes ou les muffins. « On ne se méfie pas assez de ces produits que l’on donne aux enfants parce que l’industrie met de l’avant leurs éléments nutritifs en se gardant bien de dire qu’ils contiennent autant de sucre qu’un dessert! Il n’est pas acceptable que ces emballages nous induisent en erreur. Le consommateur a droit d’avoir l’heure juste », explique Mme Voyer.

Un outil supplémentaire pour le consommateur

Bien qu’utile, le tableau de valeur nutritive est un outil difficile à comprendre pour certains consommateurs et peu utile lorsque l’on doit choisir rapidement un produit à l’épicerie. L’étiquetage obligatoire d’un logo sur le devant de l’emballage permet de rééquilibrer les messages visibles sur le devant des emballages. « L’affichage d’un logo fiable, facile à reconnaître et toujours placé au même endroit sur le devant des produits transformés très riches en sucre, sel et gras aidera les citoyens à prendre une décision éclairée, en leur permettant d’identifier instantanément des produits à consommer et offrir moins souvent à ses enfants », indique Mme Voyer.

Un incitatif pour améliorer l’offre alimentaire

En affichant la vraie nature des aliments ultratransformés les plus sucrés, salés et gras, cette mesure contribuera à sensibiliser la population au fait que les épiceries regorgent de produits alimentaires qui ne devraient être consommés que sur une base exceptionnelle. Ce logo pourrait réduire l’attrait de certains produits. Ce faisant, pour éviter d’apposer le logo, l’industrie pourra être amenée à réviser ses recettes, ce qui pourrait avoir des impacts intéressants pour la santé publique.

L’éducation ne suffit plus

La situation de l’obésité et des maladies chroniques est préoccupante au Canada sachant que la majorité de la population est en surpoids. Cela affecte le bien-être des citoyens et l’économie. « Dans un contexte aussi critique, l’alimentation doit être de meilleure qualité. L’éducation de la population sur la saine alimentation n’est plus suffisante et doit absolument être complétée par des politiques et des actions règlementaires, comme l’étiquetage sur le devant de l’emballage », conclut Corinne Voyer.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids

Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids réunit près de 400 partenaires qui visent l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

– 30 –

VERSION PDF

 

Pour toute demande d’entrevue, contactez :

Corinne Voyer

Directrice

Coalition québécoise sur la problématique du poids

Cellulaire : 514 566-4605

cvoyer@cqpp.qc.ca