Montréal, le 22 août 2018 – À la veille du déclenchement de la campagne électorale, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) invite les candidats à faire preuve de cohérence lorsqu’ils proposent ou mettent en valeur des aliments et des boissons. « Les actions parlent aux électeurs autant que les discours. Lorsque l’on s’engage à prioriser la santé des Québécois, la réussite éducative des jeunes, la protection de l’environnement et le développement du secteur bioalimentaire, on doit mettre de l’avant des aliments sains d’ici. En pleine saison des récoltes, il n’y a pas d’excuses ! », plaide Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

Les campagnes électorales et la malbouffe : rompre avec la tradition
Traditionnellement, pour aller à la rencontre des électeurs, certains candidats organisent des rassemblements où des aliments ou boissons sont offerts. D’autres convoquent leurs militants ou la presse dans des restaurants ou participent au service de hot-dogs et de poutines dans des casse-croûtes, sous le regard magnifiant des caméras. Ces gestes ne sont pas inoffensifs.

En effet, on peut questionner la crédibilité et l’engagement d’un candidat affirmant prioriser la santé et la préservation de l’environnement en distribuant des boissons gazeuses et d’autres aliments d’exception. La malbouffe n’a pas besoin de tribune médiatique supplémentaire : un abondant marketing s’en occupe déjà et contribue au déséquilibre de l’assiette des Québécois.

« Alors que notre système de soins de santé croule sous le poids des maladies chroniques, nous voulons que tous les candidats fassent preuve de cohérence et agissent comme promoteur des saines habitudes de vie. Certains le font déjà et nous les saluons. Cela doit devenir la norme! Si l’on veut absolument offrir à boire et à manger, pourquoi ne pas opter pour des épis de maïs, de l’eau fraîche nature, de bonnes pommes ou d’autres produits locaux ? », questionne Madame Voyer.

Prévenir et réduire l’obésité : une priorité incontournable pour le prochain gouvernement
Plus de 4 millions de Québécois affichent un surpoids, dont 1,7 million sont considérés obèses. La moitié des 12 ans et plus a aussi au moins une maladie chronique, dont plusieurs pourraient être évitées grâce à une meilleure alimentation et un mode de vie physiquement actif. Devant un tel fardeau de société, la Coalition Poids rappelle aux futurs élus et aux partis politiques l’urgence d’investir pour prévenir et réduire l’obésité, qui coûte annuellement 3 milliards de dollars.

« Au cours de la campagne, nous nous attendons à des engagements concrets et proportionnels à la gravité de la situation », conclut Mme Voyer. L’obésité est associée à plusieurs maladies chroniques, dont le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers et des problèmes musculo-squelettiques. Le surpoids est un problème collectif, parce qu’il est fortement influencé par notre environnement et nos politiques publiques. Voilà pourquoi il concerne la majorité des adultes québécois. Le futur gouvernement doit prendre cette problématique au sérieux rapidement. Les priorités de la Coalition Poids sont dévoilées au cqpp.qc.ca/elections.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids réunit plus de 460 partenaires qui visent l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails, cqpp.qc.ca.

–30–

Pour toute demande d’entrevue, contactez :
Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca