Version PDF

Montréal, 1er avril 2014 – Au moment où le réseau de la santé est surchargé et où les finances publiques sont dans un état précaire, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) s’étonne de voir le peu de place accordé à la prévention ainsi qu’à la réduction de l’épidémie d’obésité et des maladies chroniques. Cela doit être une priorité absolue au nom du bien-être et de la santé des citoyens et des finances publiques. Le Québec n’a plus les moyens de laisser s’accroître le fardeau économique de l’obésité et des maladies y étant associées.

« Freiner la croissance des dépenses publiques ne se fera pas sans investir de façon importante en promotion de la santé et en prévention des maladies chroniques. C’est une priorité incontournable pour assurer une gestion saine et durable de l’État », souligne Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

Alors que s’amorce aujourd’hui le Mois de la sensibilisation au cancer, la Coalition Poids rappelle que l’embonpoint et l’obésité augmentent le risque de divers cancers (sein, colorectal, oesophage, vésicule biliaire, rein, endomètre, pancréas, foie), en plus des risques de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, et de certains troubles respiratoires et articulaires. Prenant compte de l’urgence et de la nécessité d’en faire davantage, plus de 80 médecins ont uni leurs voix dans une lettre collective pour réclamer des engagements des différents candidats.

La prévention et la réduction des problèmes liés au poids sont nécessaires, stratégiques et payantes pour le gouvernement. Aucun investissement n’est plus profitable : chaque dollar investi en prévention rapporte plus de 5 $.

« Un plan d’action interministériel visant à prévenir et réduire l’obésité est indispensable. Le Québec a un besoin urgent de politiques publiques favorisant un mode de vie physiquement actif et une saine alimentation. La prévention doit être à l’agenda des 100 premiers jours du prochain gouvernement », conclut Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

Parmi les mesures réalistes et prometteuses, la Coalition Poids souhaite voir les partis politiques prendre des engagements concrets pour :

  • Réduire la consommation des boissons sucrées;
  • Rendre les jeunes plus actifs à l’école;
  • Développer les compétences alimentaires et culinaires des jeunes;
  • Favoriser le transport actif.

Engagements des partis

En début de campagne, la Coalition Poids a fait parvenir un questionnaire aux principaux partis politiques afin de connaître leurs engagements sur la problématique de l’obésité. Un tableau synthèse de ces derniers et les réponses intégrales sont disponibles dans la section SPÉCIAL Élections Québec de notre site Web.

Parmi ces propositions se trouvent des éléments prometteurs. Toutefois, la Coalition Poids réclame plus d’engagements sur la problématique du poids et des maladies chroniques.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vise l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails www.cqpp.qc.ca.

– 30 –

Source :
Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca