Version intégrale de l’avis en PDF

Dans le cadre des consultations publiques sur le projet de Politique gouvernementale de prévention en santé, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) partage des recommandations s’appuyant sur la littérature scientifique et l’expérience internationale.

La Politique doit s’accompagner des moyens nécessaires pour que les ministères et organismes gouvernementaux puissent agir concrètement en prévention. Il s’agit d’offrir un plan d’action et des objectifs mesurables à atteindre, en plus de prévoir les investissements suffisants. La prévention est un investissement social et économique: chaque dollar investi en prévention et en promotion de la santé permet d’économiser 5,60 $ sur les dépenses de soins de santé. Pour que le Québec se dote d’une politique dite “à l’avant-garde en matière de prévention”, le gouvernement doit minimalement allouer 5 % de ses dépenses de santé à des activités de prévention.

La mise en œuvre et l’efficacité de la Politique gouvernementale de prévention en santé dépendront de l’importance que les élus accordent à la santé. Si la prévention est bien une priorité, les décisions politiques devront le refléter, notamment lors des choix plus difficiles. Les investissements annoncés permettront de juger de la teneur de l’engagement gouvernemental en la matière.

Sommaire des recommandations

  • La Politique gouvernementale de prévention en santé doit reconnaître l’obésité comme un problème de santé évitable prioritaire;
  • L’école et les services de garde sont des lieux privilégiés pour avoir un impact significatif sur les jeunes afin qu’ils soient actifs au quotidien et qu’ils développent des compétences alimentaires et culinaires;
  • Des mesures visant une réduction de la surconsommation de boissons sucrées doivent être inclues dans la Politique, comme l’instauration d’une taxe sur ces boissons dont les revenus seraient réinvestis en prévention;
  • Dans une stratégie de prévention, l’aménagement sécuritaire des voies publiques et la réduction du volume de circulation doivent être envisagés pour encourager la population à adopter des modes de transport actif.
  • La règlementation est la manière la plus efficace d’avoir un impact bénéfique à long terme sur la santé publique quant à la qualité de l’offre alimentaire.
  • L’ensemble des politiques, plans d’action et travaux du gouvernement doivent être en cohérence avec les valeurs et les objectifs de la Politique.
  • Pour avoir un impact et appliquer la Politique, il faut des investissements suffisants et un plan d’action devant inclure des objectifs mesurables.

– 30 –

Pour toute demande médiatique, contactez :

Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca