Association pour la santé publique du Québec • Ateliers Je suis capable  Centre d’écologie urbaine de Montréal • Coalition québécoise sur la problématique du poids • Conseil québécois du loisir • Conseil québécois sur le poids et la santé • Les diététistes du Canada • Égale Action • ÉquiLibre • Fédération des Éducateurs et Éducatrices Physiques Enseignants du Québec • Fédération des kinésiologues du Québec • Fondation des maladies du cœur du Québec • IFMSA-Québec • Institut de Cardiologie de Montréal • Jeunes pousses • Réseau du sport étudiant du Québec • Société canadienne du cancer • Société de l’arthrite • SPORTSQUEBEC • Vélo Québec • Les YMCA du Québec

Version PDF

Montréal, le 8 avril 2014 – Suite au dépouillement du scrutin dévoilant l’élection d’un gouvernement libéral majoritaire, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) et ses partenaires félicitent les élus et réitèrent leur message d’une seule voix : le gouvernement doit répondre à l’urgence d’agir en matière de prévention et de réduction des problèmes liés au poids!

Lors de la campagne électorale, la question de la santé a surtout été abordée du point de vue du système de soins. Or, la prévention des maladies chroniques et la promotion de la santé, qui ont été quasiment occultées, sont des solutions prometteuses et efficaces pour contrôler les dépenses de l’État et générer des gains socio-économiques considérables. Devant l’ampleur de la problématique et de ses conséquences, le nouveau gouvernement doit adopter, dans les plus brefs délais, des actions concrètes et proportionnelles à la gravité de la situation pour y remédier.

Rappelons que l’obésité est un facteur de risque dans le développement de maladies chroniques, dont le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l’apnée du sommeil, l’arthrose ainsi que divers types de cancers. L’embonpoint et l’obésité sont toujours en hausse au Québec. Les dernières données indiquent que 57 % des adultes québécois et près d’un enfant sur quatre ont un excès de poids.

Pour diminuer la pression sur le système de santé et les finances publiques, un plan d’action impliquant l’ensemble des ministères et visant la prévention et la réduction des problèmes liés au poids est plus nécessaire que jamais. Il s’agit, par exemple, de maximiser et d’augmenter les occasions pour les jeunes d’être actifs à l’école, de favoriser des déplacements actifs sécuritaires dans les villes, de réduire la consommation de boissons sucrées et de favoriser la saine alimentation en développant les compétences des jeunes et en améliorant les environnements alimentaires.

En 2006, le Parti libéral avait reconnu l’ampleur de la problématique du poids lorsqu’il a instauré un plan d’action gouvernemental pour prévenir et promouvoir les saines habitudes de vie. Devant une situation qui demeure critique et risquée pour le système de santé, l’économie et les finances publiques, il faut remettre ce problème au coeur de l’agenda et en faire davantage pour le résoudre. « La prévention et la réduction de l’obésité et des maladies chroniques qui y sont associées doivent s’inscrire à l’agenda des 100 premiers jours du gouvernement libéral pour lui permettre d’atteindre ses objectifs de saine gestion des finances publiques et de miser sur le capital santé de la population », insiste Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vise l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails www.cqpp.qc.ca.

– 30 –

Source :
Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca