Une initiative parrainée par l'Association pour la santé publique du Québec

Suivez-nous
Facebook LinkedIn Twitter RSS
Retour à la liste Imprimer

Communiqués et publications

30 octobre 2015 - Communiqué de presse - Boissons sucrées

16 organismes unissent leur voix

La Politique gouvernementale de prévention doit prévoir des actions pour réduire la surconsommation de bonbons liquides

Version PDF

Association pour la santé publique du Québec • Capsana • Coalition québécoise sur la problématique du poids • Les diététistes du Canada – Québec • Eau secours! la coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau • Édupax • Égale action • Extenso • Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec • Fédération des kinésiologues du Québec • IFMSA-Québec • Fondation des maladies du coeur et de l’AVC • Regroupement des unités régionales loisir et sport • Société canadienne du cancer – division Québec • Tennis Québec • YMCA du Québec

Montréal, le 29 octobre 2015 – Alors que la Politique gouvernementale de prévention se fait toujours attendre, la Coalition Poids et ses partenaires réclament des interventions concrètes pour prévenir la problématique du poids et des maladies chroniques y étant liées. Au Québec, un enfant sur quatre est en surpoids et ce chiffre bondit à près de 60 % chez les adultes. Considérant que la consommation régulière de boissons sucrées est la seule pratique alimentaire constamment associée à l'obésité chez les enfants, la Coalition Poids espère y voir des mesures visant la réduction de la consommation de ces produits non essentiels.

« Le gouvernement doit sérieusement s’attaquer aux différents facteurs de risque qui contribuent à l’obésité et aux maladies chroniques », affirme Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids. Chez les enfants, la consommation quotidienne de boissons sucrées augmente de 60 % leur risque de développer de l’obésité. « Il faut envoyer un signal clair que les bonbons liquides sont des produits d’occasion et que leur surconsommation a des répercussions collectives allant au-delà des problèmes de santé individuels. Certains produits contiennent jusqu’à 16 cuillères à thé de sucre par portion*, c’est énorme ! », martèle Mme Voyer.

Mieux vaut prévenir que guérir

Selon l’Institut national de santé publique du Québec, les coûts de l’obésité sont frappants : ils s’élèvent à 2,9 milliard de dollars. « C’est un fardeau économique lourd à porter pour la société. Dans un contexte de restriction budgétaire, le gouvernement doit agir rapidement et diminuer les dépenses pouvant être évitées grâce à la prévention et la promotion de la santé », ajoute la directrice.

« Notre environnement et nos modes de vie sont obésogènes », indique-t-elle. « Les mesures individuelles et disparates ont des effets marginaux. Le gouvernement du Québec a la possibilité d’agir sur nos milieux de vie, soit des contextes qui influencent nos choix au quotidien », conclut Mme Voyer.

*Graphique illustrant le sucre liquide contenu dans différentes boissons sucrées

Voyez les communiqués d'organismes partenaires :

Voyez également le blogue du pharmacien Jean-Yves Dionne.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l'Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vise l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids. Pour plus de détails www.cqpp.qc.ca.

  –30–

Pour toute demande médiatique, contactez :
Corinne Voyer
Directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 242
Cellulaire : 514 566-4605
cvoyer@cqpp.qc.ca

Partager