Une initiative parrainée par l'Association pour la santé publique du Québec

Suivez-nous
Facebook LinkedIn Twitter RSS
Retour à la liste Imprimer

Communiqués et publications

20 septembre 2011 - Mémoire - Alimentation à l’école et à l’hôpital
Revue de presse

Mémoire portant sur le livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du Québec

Réconcilier l’industrie bioalimentaire et les consommateurs : Saisir l’opportunité de contribuer à la saine alimentation, à la santé et au bien-être des Québécois

Dans le cadre de la consultation générale sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du Québec, la Coalition Poids a déposé un mémoire qu’elle a présenté devant la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles le 20 septembre 2011.

L’objectif était de démontrer la faisabilité d’actions concrètes pouvant permettre au gouvernement et aux Québécois de saisir cette opportunité de construire un système bioalimentaire qui contribue au plaisir de s’alimenter sainement et à la santé des citoyens.

Aussi, les responsabilités et collaborations du MAPAQ dans le cadre du Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012 - Investir pour l’avenir (PAG) font un témoignage éloquent de l’importance du secteur bioalimentaire en matière de saine alimentation et suggèrent certaines actions qui pourraient être intégrées avec cohérence dans la future politique bioalimentaire.


Sommaire de nos recommandations :

La politique bioalimentaire doit comprendre des dispositions permettant d’élargir les références à la santé de manière pour contribuer réellement à la saine alimentation des Québécois. Ainsi, la Coalition Poids recommande de :

  • Reconnaître, dans les orientations gouvernementales de la politique bioalimentaire, que l’alimentation et le secteur agroalimentaire ont un impact sur la santé publique et peuvent contribuer à l’adoption de saines habitudes alimentaires.
  • Mentionner, de façon explicite, l’impact de la qualité de l’offre alimentaire, de l’accès physique et économique aux aliments ainsi que des renseignements transmis aux consommateurs sur la santé, les habitudes de vie et le poids des Québécois.
  • Spécifier les rôles et responsabilités de chacun des intermédiaires de la filière alimentaire à l’égard de la saine alimentation des Québécois en cohérence avec le Plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012 -Investir pour l’avenir.

La politique bioalimentaire doit soutenir les politiques alimentaires dans les institutions publiques en :

  • Prévoyant des mesures d’approvisionnement alimentaire particulières pour les écoles et les établissements de santé et de services sociaux, de manière à réduire l’impact du manque de ressources sur la qualité de l’offre alimentaire.
  • Appuyant un projet de taxe spéciale sur les boissons gazeuses et énergisantes, perçue chez les producteurs et les importateurs, permettant de générer des revenus pour améliorer le soutien aux politiques alimentaires scolaires.

La politique bioalimentaire doit contribuer à un environnement alimentaire plus favorable à la saine alimentation et à des choix éclairés pour les consommateurs en :

  • Encadrant la publicité faite aux enfants dans les commerces d’alimentation par le biais des emballages, des présentoirs, des étalages ou des autres techniques de marketing.
  • Suggérant et appuyant une règlementation concernant l’emploi des logos privés sur les aliments.
  • Encourageant, par des incitatifs, la réduction du sodium alimentaire, des gras trans et du sucre dans les produits transformés et les mets préparés au restaurant, de même qu’une offre de portions alimentaires modérées au restaurant.

La politique bioalimentaire doit participer à la culture alimentaire québécoise en :

  • Instaurant des modes de transfert des habiletés culinaires à partir des produits alimentaires de base.
Partager