Version PDF du communiqué

Montréal, le 20 septembre 2010 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) réagit aux conclusions du nouvel avis de l’Institut national de santé publique du Québec intitulé L’impact de l’environnement bâti sur l’activité physique, l’alimentation et le poids. En effet, l’étude confirme l’influence de l’aménagement du territoire sur les habitudes de vie. Ainsi, les municipalités peuvent contribuer à la santé de leurs citoyens en créant un environnement sécuritaire autour de chaque école pour que les enfants puissent s’y rendre à pied ou à vélo, en facilitant l’accès aux installations sportives, aux parcs, aux espaces verts, aux pistes cyclables et aux réseaux piétonniers ainsi qu’en améliorant la qualité et l’accessibilité des services de transport en commun.

Une opportunité à saisir!
« Comme le suggère l’avis, profitons de la révision de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (LAU) pour introduire des dispositions obligeant l’étude des impacts potentiels sur la santé (incluant les habitudes de vie et le poids) avant de prendre une décision sur l’aménagement du territoire », a commenté Suzie Pellerin, directrice de la Coalition Poids.

Seulement 10 % des jeunes québécois atteignent le niveau minimal d’activité physique quotidien recommandé. Ceci peut notamment être expliqué par le fait que, depuis 30 ans, les enfants marchent de moins en moins pour aller à l’école alors que les problèmes de poids et les taux d’obésité augmentent de manière alarmante. Un des principaux freins à la marche et au vélo est le danger perçu par les enfants et les parents de se faire frapper. La diminution du nombre de véhicules sur les routes et la mise en place de mesures d’apaisement de la circulation permettraient de contrer ce phénomène.

« Les municipalités occupent un rôle stratégique dans la lutte à l’obésité car leurs interventions ont des impacts immédiats sur l’environnement et les mode de vie des citoyens. Elles peuvent notamment agir sur l’offre alimentaire et favoriser le transport actif sécuritaire afin de faciliter les choix santé des citoyens », souligne Mme Pellerin.

Plusieurs initiatives sont en cours au Québec pour favoriser les saines habitudes de vie comme solution à l’épidémie d’obésité qui nous touche actuellement. Déjà, plusieurs villes ont pris action comme en témoigne leur engagement au sein de la Coalition Poids. De plus, au printemps dernier, le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, monsieur Laurent Lessard, lançait sa campagne Au Québec on aime la vie afin d’encourager les municipalités du Québec à aménager leur territoire afin de favoriser les saines habitudes de vie.

À propos de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Créée en 2006 et parrainée par l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2008, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vise l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids. Elle agit dans le cadre de trois secteurs stratégiques (agroalimentaire, socioculturel et environnement bâti) pour favoriser la mise en place d’environnements facilitant les choix santé et la prévention des problèmes de poids.

– 30 –

Source :
Amélie Desrosiers
Agente de communication
Coalition québécoise sur la problématique du poids
Téléphone : 514 598-8058 poste 233
Cellulaire : 514 475-7431
adesrosiers@cqpp.qc.ca