Une initiative parrainée par l'Association pour la santé publique du Québec

Suivez-nous
Facebook LinkedIn Twitter RSS
  • Accueil
  • Publicité destinée aux enfants
Imprimer

Publicité destinée aux enfants

En raison de leur incapacité à reconnaître les intentions commerciales du marketing, les enfants sont facilement manipulables et vulnérables face à la publicité qui leur est destinée. La publicité aux enfants a ainsi fait l'objet de nombreux travaux qui ont démontré les conséquences importantes qui peuvent en découler, dont son impact néfaste sur la qualité de leur alimentation.

Dans le cadre de sa Stratégie mondiale pour lutter contre les maladies chroniques, l'Organisation mondiale de la Santé a d'ailleurs invité les États à se doter d’une loi pour régir le marketing des aliments et des boissons aux enfants. En plus de recommander l'interdiction de la publicité dans les endroits fréquentés par les enfants comme les écoles, parcs, garderies, cliniques, lieux de sports et autres, l'OMS a suggéré aux États-membres de porter une attention particulière à toutes les formes de marketing visant à créer une relation entre l’enfant et une marque.

Exemples de stratégies de marketing alimentaire pouvant être utilisées pour atteindre les enfants :

  • publicité traditionnelle (Tv, radio, affiches)

  • utilisation de personnalités connues, de mascottes ou de personnages
  • commandite d'athlète ou d'événement
  • placement de produits
  • promotions
  • sites Web
  • emballage
  • présentoirs de vente
  • courriels ou messages textes
  • marketing viral et réseaux sociaux
  • philanthropie
  • etc.

Le Québec protège ses enfants de la publicité par une loi

Reconnaissant les risques du marketing destiné aux enfants et la nécessité de protéger ces derniers, le Québec a choisi d'interdire la publicité à des fins commerciales aux enfants de moins de 13 ans. Intégrés à la Loi sur la protection du consommateur (LPC), les articles 248 et 249 sont en vigueur depuis 1980.

En 2012, l'Office de protection du consommateur a mis à jour le guide d'application de cette loi, afin de tenir compte de l'évolution des pratiques médiatiques et commerciales, ainsi que des habitudes des jeunes d'aujourd'hui.

Une loi pas toujours respectée 

Depuis 2006, la Coalition Poids s'est donné le mandat d'assurer une application rigoureuse de la loi en déposant des plaintes à l'égard des publicités qui semblent cibler directement les enfants et contrevenir à celle-ci. Divers plaidoyers de culpabilité en ont découlé.

Ce processus de dénonciation a contribué à documenter la présence de marketing aux enfants au Québec, malgré son interdiction, ainsi que la portée et les limites de l'application de la LPC. Plusieurs leçons ainsi apprises ont d'ailleurs été prises en considération lors de l'actualisation du guide d'application des articles 248 et 249 de la LPC en 2012.

Salle de presse