Même si l’aménagement du territoire est une responsabilité partagée entre différents paliers décisionnels, les décisions municipales influencent directement la vie des citoyens. De plus, les changements d’aménagements en milieu urbain, pour favoriser un mode de vie physiquement actif, ont plusieurs bénéfices tels un impact positif sur l’environnement (ex. : qualité de l’air, réduction des îlots de chaleur) et sur l’économie locale.

Ainsi, lorsqu’elles bénéficient des pouvoirs et ressources nécessaires, les municipalités sont en mesure d’offrir des trajets et des espaces sécuritaires, conviviaux et attrayants pour que la population soit tentée d’adopter des modes de déplacements et des loisirs actifs au quotidien. Dans la littérature scientifique, plusieurs stratégies se sont avérées efficaces pour inciter à l’adoption de ces comportements par les citoyens.

L’une des façons d’intégrer l’activité physique est d’utiliser des modes de transport actifs pour se rendre au travail ou à l’école. Or, l’utilisation de l’automobile comme moyen de transport a maintenant largement dépassé la marche et le vélo.

Les élus municipaux peuvent avoir un impact sur la promotion d’un mode de vie physiquement actif. Il est nécessaire que les municipalités assurent des espaces et trajets sécuritaires et attrayants, pour que la population soit tentée d’adopter un mode de vie physiquement actif et qu’elle soit appuyée dans le maintien de ces saines habitudes de vie. Pour ce faire, plusieurs stratégies se sont avérées efficaces et prometteuses.

Réduire le volume de circulation automobile

Un important volume de circulation diminue le sentiment de sécurité et décourage les déplacements et les loisirs actifs1,2,3.

Il est possible de réduire la circulation automobile en4 :

  • améliorant l’offre et l’accès au transport collectif ;
  • restreignant l’expansion des capacités routières.

Actions proposées :

  • Augmenter les ressources consacrées au financement du transport en commun et améliorer la qualité et l’accessibilité des services.
  • Intégrer des voies réservées aux transports collectifs, lors des travaux de réfection des rues.
  • Limiter les espaces de stationnement près des pôles d’emplois, des secteurs commerciaux et des institutions pour favoriser l’utilisation du transport en commun et les déplacements actifs.
  • Favoriser l’intermodalité entre les transports actifs et collectifs (ex. : supports à vélos sur les autobus).

Le saviez-vous ?
Les personnes qui utilisent le transport en commun marchent en moyenne 19 minutes par jour, ce qui aide à atteindre les recommandation d’activité physique quotidienne.

Diminuer la vitesse des véhicules et sécuriser les intersections

La vitesse des véhicules est un risque pour les piétons et les cyclistes5. L’aménagement du territoire doit se faire en prenant en compte des mesures d’apaisement de la circulation qui permettront une meilleure cohabitation des usagers de la route. C’est l’une des stratégies les plus efficaces pour réduire les traumatismes routiers et favoriser le transport actif6.

Actions proposées :

  • Réaliser des aménagements physiques (prioritairement sur les grandes artères et intersections), qui réduisent la vitesse des véhicules et les possibilités de collision entre les usagers de la route, comme les bollards et le rétrécissement des voies7,8.
  • Intégrer systématiquement des mesures d’apaisement de la circulation et des aménagements physiques favorisant le transport actif dans la planification des projets de réfection routière (ex. : trottoir, refuge piétonnier, piste cyclable).

Aménager et entretenir des voies piétonnes et cyclables sécuritaires et de qualité

Dans les quartiers considérés sécuritaires par les parents, les enfants auraient cinq fois plus de chance de se rendre à l’école à pied et seraient moins à risque de présenter un surpoids9. De plus, des aménagements comme l’installation de bancs, la plantation d’arbres et de fleurs et un système d’éclairage encouragent la marche10.

Actions proposées :

  • Consacrer une portion du budget de voirie pour les aménagements favorables au transport actif.
  • Mieux penser l’urbanisme des nouveaux développements en assurant une densité du territoire et la connectivité des rues.
  • Créer des passages pour les piétonniers et cyclistes dans les quartiers.
  • Planifier, aménager et entretenir un réseau piétonnier et cyclable sécuritaire en toutes saisons, en tenant compte des besoins de tous les usagers de la voie publique11,12,13.
  • Sécuriser les traverses piétonnières et les intersections pour diminuer l’exposition des piétons au risque de collision avec un véhicule14.
  • S’assurer qu’il y a suffisamment de stationnements pour vélos, situés à proximité de l’entrée des édifices ou des parcs15.

Assurer une occupation compacte et multifonctionnelle du sol

L’occupation du sol est un aspect à ne pas négliger lorsqu’il est question d’activité physique en milieu urbain. Il a été démontré que l’étalement urbain est associé à des comportements sédentaires et au surpoids16,17,18,19.

Actions proposées :

  • Assurer une variété de services et différentes formes d’habitation dans les quartiers.
  • Densifier le nombre de logements, de commerces et d’emplois dans les milieux.
  • Rendre les espaces publics, les commerces, les services et les parcs facilement accessibles par des modes de transport actifs20.
  • Accroître le nombre d’espaces verts pour favoriser la marche et la pratique d’activité physique.
  • Construire les nouvelles écoles au cœur des quartiers résidentiels.

Permettre le jeu libre dans votre quartier

Les habitudes de vie des familles sont largement influencées par leur environnement. La façon dont les municipalités sont aménagées, les différentes politiques et certains règlements municipaux peuvent influencer la pratique d’activité physique chez les enfants et les adultes. Même si les municipalités ne détiennent pas de responsabilités formelles en matière de santé, leurs décisions peuvent avoir un impact significatif sur le mode de vie des citoyens.

Pour facilter l’activité physique chez les jeunes, les municipalités sont invitées à adopter un modèle de résolution qui favorise le jeu libre en toute sécurité dans les ruelles et rues résidentielles, avec en appui un avis juridique pour en faciliter la mise en place.

Municipalités ayant adopté la résolution :

  • Municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton – 14 août 2017 (projet-pilote)
  • Municipalité de Saint-Chrysostome – 7 août 2017 (projet-pilote)
  • Ville de Beloeil – 25 avril 2016 (projet-pilote)