Une initiative parrainée par l'Association pour la santé publique du Québec

Suivez-nous
Facebook LinkedIn Twitter RSS
Imprimer

Conséquences

Impacts sur la santé

Les boissons sucrées ont de nombreux impacts sur la santé :

Obésité
  • Les boissons sucrées sont identifiées comme un contributeur important à l’épidémie d’obésité notamment par :
    • l’Organisation mondiale de la Santé [1]
    • le Rudd Center for Food Policy and Obesity [2]
    • les Centers for Disease Control and Prevention [3]
    • la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada [4]
    • la Childhood Obesity Foundation [5]
    • l’Alliance pour la prévention des maladies chroniques au Canada [6]
    • le gouvernement canadien [7]
    • etc.
  • Chez les adultes, la consommation d’une ou de plusieurs boissons sucrées chaque jour accroit la probabilité d’être obèse de 27 % [8].
  • Chez les enfants, la consommation d’une boisson gazeuse par jour augmente leur risque d’être obèse de 60 % [9].
  • Dans une revue des preuves relatives à 28 facteurs diététiques, la consommation de boissons sucrées était la seule pratique alimentaire constamment associée au surpoids chez les enfants [10].
  • Les calories fournies par les boissons sucrées sous forme liquide tendent à s’ajouter au régime journalier puisqu’elles ne rassasient pas. Ainsi, les apports alimentaires ne sont généralement pas réduits pour compenser les calories additionnelles apportées par les boissons sucrées [11, 12]. 
  • « Diminuer la consommation de boissons sucrées » fait partie des six stratégies basées sur des preuves identifiées par le Center for disease control and prevention pour prévenir et réduire le surpoids et l’obésité [13].
Diabète de type 2
  • Deux grandes études de cohorte ont trouvé une association entre la consommation régulière de boissons gazeuses et le risque de diabète de type 2 chez les adultes [14, 15].
  • Une grande consommation de boissons sucrées est associée à une plus grande ampleur de gain de poids et à une augmentation des risques de développer un diabète de type 2 chez les femmes, probablement en fournissant un surplus calorique et une grande quantité de sucres rapides [16].
  • Une étude de cohorte auprès de 50 000 infirmières a identifié que le fait de boire une boisson gazeuse ou plus par jour augmentait de 83 % le risque de souffrir du diabète de type 2 par rapport à une consommation exceptionnelle d’une boisson par mois [17].
  • Une méta-analyse a reconnu l’association entre la consommation de boissons sucrées et le risque de développer un diabète de type 2 [18].
    • Les personnes consommant 1 à 2 boissons sucrées par jour avaient un risque 26 % plus élevé de développer un diabète de type 2 que les personnes ne consommant pas de boisson sucrée ou moins d’une par mois.
    • Cette même étude concluait que la forte consommation de boissons sucrées est associée à l’apparition du syndrome métabolique.
Maladies cardiovasculaires
  • La consommation de boissons sucrées est associée à un risque plus important d'hypertension artérielle [19].
    • La pression artérielle augmente pour chaque boisson sucrée consommée quotidiennement.
Santé dentaire

Caries dentaires :

  • Les sucres ajoutés, dont les boissons sont une grande source, sont reconnus comme un facteur direct de carie dentaire, notamment lorsqu’ils sont consommés entre les repas [20].
  • Parmi les enfants âgés de 1 à 5 ans, la consommation de boissons gazeuses sucrées a été associée à une augmentation du risque de caries dentaires de 80-100 % [21, 22].

Érosion dentaire :

  • L’acidité caractéristique de la plupart des boissons sucrées et des boissons diètes provoque également de l’érosion dentaire. Phénomène irréversible, l’érosion dentaire cause plusieurs dommages permanents, dont la fragilisation de l’émail et une hypersensibilité au froid, à la chaleur, au sucre et au toucher [23].
Cancer
  • Une étude rapporte que la consommation d’une boisson sucrée par jour augmente le risque cancer de la prostate de 38 % par rapport à ceux qui n’en consomment pas [30]. 

Certaines boissons sucrées comportent des risques particuliers pour la santé. 

Boissons énergisantes

En plus de leur importante quantité de sucre et du risque d’érosion dentaire lié à leur acidité, la consommation croissante de boissons énergisantes inquiète grandement les acteurs de santé et les intervenants jeunesse parce que :

  • Elles sont riches en caféine (principal ingrédient actif des boissons énergisantes). On la retrouve sous différentes formes (ex. : caféine, guarana, yerba maté, etc.).
    • La caféine représente un danger potentiel pour les enfants et les adolescents. Selon le poids de l’enfant, une canette de boissons énergisantes pourrait contenir une quantité de caféine supérieure à la consommation quotidienne maximale recommandée pour lui.
    • La consommation de caféine retrouvée dans les boissons énergisantes peut entrainer des conséquences telles que tachycardie, palpitations, insomnie, agitation, nervosité, tremblements, céphalée, douleur abdominale, nausées, vomissements, diarrhée, etc. [32, 33]
    • Tout comme les adultes, les enfants et les adolescents peuvent développer une dépendance physique et psychologique à la caféine après un usage chronique. Ceci peut mener à des symptômes de sevrage après l’arrêt de la consommation.
  • Elles contiennent également d'autres composés aux effets méconnus (ex. : la taurine).
  • Elles sont souvent consommées en excès par les jeunes ou encore mélangées à de l’alcool ce qui peut présenter des risques pour la santé.
    • En France, 27 % des consommateurs de moins de 35 ans mélangent au moins de temps en temps ces breuvages à de l’alcool [34].
  • Leur marketing intensif cible les jeunes alors que la sécurité de ces produits n’est pas établie chez les adolescents et qu’elle est contre-indiquée chez les enfants.
  • L’industrie associe régulièrement la consommation de boissons énergisantes à la pratique sportive : un usage potentiellement risqué.
Boissons diètes

Bien qu'elles ne contiennent ni sucre ni calorie, les boissons diètes ne sont pas nutritives et pourraient nuire à la santé lorsqu’on les boit régulièrement. Ainsi, elles ne représentent pas vraiment une alternative saine.

  • À l’instar d’autres boissons sucrées, plusieurs boissons diètes ont des impacts sur la santé dentaire en raison de leur acidité importante. Il est aussi démontré que la consommation régulière de certaines boissons gazeuses diètes (ex. : cola) affecte négativement la densité osseuse [35, 36, 37, 38, 39].
  • Bien que les données probantes ne soient pas encore claires concernant l’impact des boissons diètes sur les maladies chroniques, de plus en plus d’études suggèrent une association entre la consommation de boissons gazeuses diètes et le syndrome métabolique, le diabète de type 2 ou les maladies cardiovasculaires [40, 41].

Sucre liquide : pas tous les jours!

Pour informer et sensibiliser la population aux effets néfastes des boissons sucrées et promouvoir des alternatives saines pour les remplacer, la Coalition Poids a mis en place la campagne « Sucre liquide : pas tous les jours! ». Elle se déploie notamment par le biais d’un site web, de vidéos et d’une page Facebook

 

Impacts sur les finances publiques

  • En 1999-2000, l’obésité avait coûté 1,5 milliard $ [42] aux contribuables québécois, ce qui représentait alors 5,8 % du budget consacré à la santé. De ce chiffre, plus de 800 millions de dollars étaient attribuables aux pertes de productivité [43].
  • Selon l'Institut national de santé publique du Québec, les coûts directs des hospitalisations et consultations médicales associées à l’obésité et l’embonpoint ont atteint 1,5 milliard de dollars en 2011 [44].

 

[1] Organisation mondiale de la Santé (2003). Diet, Nutrition and Prevention of Chronic Diseases (916, section 5.2.4) Genève: WHO Technical report. Repéré le 13 juillet 2011.

[2] Yale Rudd Center for Food Policy and Obesity (2011). Soft drinks. Repéré le 14 novembre 2011.

[3] Centers for Disease Control and Prevention (2008). State Nutrition, Physical Activity and Obesity (NPAO) Program: Technical Assistance Manual. Repéré le 13 juillet 2011.

[4] Fondation des maladies du cœur du Canada (2011). La Fondation des maladies du cœur se réjouit de la reconnaissance par Santé Canada du lien qui existe entre les boissons sucrées et l’obésité infantile. Repéré le 2 décembre 2011.

[5] Childhood Obesity Foundation (2011). Preventing Unhealthy Weights: A Tax on Sugar Sweetened Beverages (SSBs) as Part of the Solution. Repéré le 2 décembre 2011.

[6] Alliance pour la Prévention des Maladies Chroniques au Canada (2011). Extra Sugar, Extra Calories, Extra Weight More Chronic Disease: The Case for a Sugar-Sweetened Beverage Tax. Repéré le 2 décembre 2011.

[7] Santé Canada (2010). Canadiens en santé – Publicité télé « Siège d’auto / obésité – risque pour la santé ». Repéré le 13 juillet 2011.

[8] California Center for Public Health Advocacy (CCPHA) and the UCLA Center for Health Policy Research (2009). Bubbling Over: Soda Consumption and Its Link to Obesity in California. Repéré le 17 décembre 2012.

[9] Ludwig, D. S, Peterson, K. E, Gortmaker, S. L. Relation between consumption of sugar-sweetened drinks and childhood obesity: a prospective, observational analysis. Lancet 2001; 357: 505-508

[10] Crawford, P. B., Woodward-Lopez, G., Ritchie, L., Webb, K. (2008). « How discretionary can we be with sweetened beverages for children? », Journal of the American Dietetic Association, 108(9), 1440-1444.

[11] Franck B.Hu (2009). Sugar sweetened soft drinks consumption and risk of type 2 diabetes and cardiovascular risk. Publié dans Official journal of the International Chair on Cardiometabolic Risk.

[12] DiMeglio, D. P., Mattes, R. D. (2000). Liquid versus solid carbohydrate: effects on food intake and body weight. Int.J Obes.Relat Metab Disord., 24(6), 794-800.

[13] Centers for Disease Control and Prevention (2008). State Nutrition, Physical Activity and Obesity (NPAO) Program, Technical Assistance Manual. Repéré le 13 juillet 2011.

[14] Schulze, M. B., Manson, J. E., Ludwig, D. S., Colditz, G. A., Stampfer, M. J., Willett, W. C., Hu, F. B.(2004). Sugar-sweetened beverages, weight gain, and incidence of type 2 diabetes in young and middle-aged women. JAMA. 2004;292(8):927-934.

[15] Palmer, J. R., Boggs, D. A., Krishnan, S., Hu, F. B., Singer, M., Rosenberg, L. (2008). Sugar-sweetened beverages and incidence of type 2 diabetes mellitus in African American women. Arch Intern Med. 2008;168(14):1487-1492.

[16] et [17] Schulze, M. B., Manson, J. E., Ludwig, D. S., Colditz, G. A., Stampfer, M. J., Willett, W. C., Hu, F. B.(2004). Sugar-sweetened beverages, weight gain, and incidence of type 2 diabetes in young and middle-aged women. JAMA. 2004;292(8):927-934.

[18] Malik, V. S., Popkin, B. M., Bray, G. A., Després, J. P., Willett, W. C. & Hu, F. B. (2010). Sugar-Sweetened Beverages and Risk of Metabolic Syndrome and Type 2 Diabetes: A meta-analysis. Diabetes Care. Repéré le 13 juillet 2011.

[19] Brown, I. J., Stamler, J., Van Horn, L., Robertson, C. E., Chan, Q., Dyer, A. R. (...) and the International Study of Macro/Micronutrients and Blood Pressure Research Group (2011). Sugar-Sweetened Beverage, Sugar Intake of Individuals, and Their Blood Pressure: International Study of Macro/Micronutrients and Blood Pressure. Hypertension. Repéré le 12 décembre 2012.

[20] Organisation mondiale de la Santé (2003). Diet, Nutrition and Prevention of Chronic Diseases (916, section 5.2.4) Genève: WHO Technical report. Repéré le 13 juillet 2011.

[21] Marshall, T. A., Levy, S. M., Broffitt, B., Warren, J. J., Eichenberger-Gilmore, J. M., Burns, T. L., Stumbo, P. J. (2003). Dental caries and beverage consumption in young children. Pediatrics. 2003;112(3 Pt 1):e184-e191.

[22] Sohn, W., Burt, B. A., Sowers, M. R. (2006). Carbonated soft drinks and dental caries in the primary dentition. J Dent.Res. 2006;85(3):262-266.

[23] Ordre des hygiénistes dentaires du Québec. Effets néfastes des boissons énergisantes sur votre santé buccodentaire.

[24] Libuda, L., Alexy, T., et coll. (2008). Association between long-term consumption of soft drinks and variables of bone modeling and remodelling in a sample of healthy German children and adolescents. American Journal of Clinical Nutrition, 88:1670-7.

[25] Ogur, R., Uysal, B., et coll. (2007). Evaluation of the effect of cola drinks on bone mineral density and associated factors. Basic & Clinical Pharmacology & Toxicology, 100:334-8.

[26] Jacobsson, H. (2008). Short-time ingestion of colas influences the activity distribution at bone scintigraphy: experimental studies in the mouse. Journal of the American College of Nutrition, 27( 2 ) :332-6.

[27] Mahmood, M., Saleh, A., et coll. (2008) Health effects of soda drinking in adolescent girls in the United Arab Emirates. Journal of Critical Care. 23:434-50.

[28] Tucker, K. L., Morita, K., Qiao, N., Hannan, M. T., Cupples, L. A., Kiel, D. P. (2006). Colas, but not other carbonated beverages, are associated with low bone mineral density in older women: The Framingham Osteoporosis Study. Am.J Clin.Nutr. 2006;84(4):936-942.

[29] Passeportsanté.net (2005). Boissons gazeuses au banc des accusés. Repéré le 14 décembre 2012 ici.

[30] Drake, I., Sonestedt, E., Gullberg, B., Ran Ahlgren, G., Bjartell, A., Wallström, P. & Wirfält, E. (2012). Dietary intakes of carbohydrates in relation to prostate cancer risk: a prospective study in the Malmö Diet and Cancer cohort. AJCN, 96,1409–18.

[31] Ferraro, P. M., Taylor, E. N., Gambaro, G. & Curhan GC (2013). Soda and other beverages and the risk of kidney stones. Clin J Am Soc Nephrol, 8(8), 1389-95.

[32] Robert Wood Foundation (2009). The negative impact of sugar-sweetened beverages on children’s health – A research synthesis, Health eating research – Building evidence to prevent childhood obesity.

[33] Dubé, P.-A., Plamondon, L. & Tremblay, P.-Y. (2010). Boissons énergisantes : risques liés à la consommation et perspectives de santé publique. Institut national de santé publique du Québec. Repéré le 14 décembre 2012.

[34] ANSES (2012). Boissons énergisantes : L'Anses appelle les professionnels de santé à lui transmettre les effets indésirables qui seraient portés à leur connaissance. Repéré le 6 juin 2012.

[35] Libuda, L., Alexy, T., et coll. (2008). Association between long-term consumption of soft drinks and variables of bone modeling and remodelling in a sample of healthy German children and adolescents. American Journal of Clinical Nutrition, 88:1670-7.

[36] Ogur, R., Uysal, B., et coll. (2007). Evaluation of the effect of cola drinks on bone mineral density and associated factors. Basic & Clinical Pharmacology & Toxicology, 100:334-8.

[37] Jacobsson, H. (2008). Short-time ingestion of colas influences the activity distribution at bone scintigraphy: experimental studies in the mouse. Journal of the American College of Nutrition, 27( 2 ) :332-6.

[38] Mahmood, M., Saleh, A., et coll. (2008). Health effects of soda drinking in adolescent girls in the United Arab Emirates. Journal of Critical Care, 23:434-50.

[39] Tucker, K. L, Morita, K., Qiao, N., Hannan, M. T., Cupples, L. A., Kiel, D. P. (2006) Colas, but not other carbonated beverages, are associated with low bone mineral density in older women: The Framingham Osteoporosis Study. Am.J Clin.Nutr. 84(4):936-942.

[40] Nettleton, J. A., Lutsey, P. L., et coll. (2009). Diet soda intake and risk on incident metabolic syndrome and type 2 diabetes int the multi-ethnic study of atherosclerosis (MESA). Diabetes Care, 32 (4): 688-94.

[41] Ces résultats ont été dévoilés lors de la Conférence internationale sur les AVC de l’American Stroke Association en février 2011.

[42] Katzmarzyk, P. T. & Janssen, I. (2004). The economic costs associated with physical inactivity and obesity in Canada: an update. Can J appl Physiol, 29(1), 90-115.

[43] Coleman, R. & Dodds, C. (2000). Cost of obesity in Quebec. Genuine Progress Index: Measuringsustainable development. Canada : GPIAtlantic. Repéré le 12 août 2011.

[44] INSPQ (2015). Les conséquences économiques associées à l'obésité et à l'embonpoint au Québec : les coût liés à l'hospitalisation et aux consultations médicales. Repéré le 16 février 2015 au www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1922_Consequences_Economiques_Obesite.pdf

Salle de presse
Événements et activités
  • 10 août 2015
    Première du documentaire « Sugar Coated »

    La première montréalaise anglophone du documentaire Sugar Coated aura lieu le 10 août prochain, au Cinéma du Parc. C'est une projection à ne pas manquer!

  • 19 novembre 2014
    Politiques publiques pour réduire la consommation de boissons sucrées et changer la norme sociale : l'expérience de la Californie

    La consommation régulière de boissons sucrées est identifiée comme étant un important facteur contribuant à l'obésité et d'autres problèmes graves de santé. Se basant sur de récentes recherches et l'expérience de la Californie, cette conférence explore les raisons de se mobiliser et d'agir sur la consommation de ces produits.

    Le Dr Harold Goldstein, directeur du California Center for Public Health Advocacy, exposera deux stratégies pouvant être mises en place, soit l'avertissement sur l'étiquette (front-of-package warning label) et la taxation des boissons avec sucre ajouté.